tél : 01 34 51 35 46      apeli78100@gmail.com    

Du mouvement dans nos sections


 

Extraits du rapport d’activité 2014-2015 de M. Bianco :

Le fait marquant de cette rentrée 2015 est l’ouverture d’une section chinoise. Notre famille
internationale s’agrandit ainsi d’un quatorzième membre et nous en sommes très heureux.
Cette section existait déjà au collège des Hauts-Grillets et à l’école Jean Moulin de Saint-
Germain-en-Laye. Avec nos neuf nouveaux lycéens de seconde, elle accueille désormais un
total de quatre-vingt-sept élèves. C’est la quarantième section chinoise créée en France et
dans le monde, la dixième en lycée. La perspective de cette création a suscité des
inquiétudes et provoqué le débat durant toute l’année scolaire 2014-2015. Il faut dire qu’elle
nous plaçait face à un double défi, pédagogique et organisationnel. Comment en effet
intégrer sans heurt à un ensemble déjà très complexe une nouvelle entité pédagogique
répondant à des règles différentes (en section chinoise, la «discipline non linguistique » n’est
pas l’histoire-géographie mais les mathématiques) ? Comment aussi, tout simplement, faire
de la place à de nouveaux arrivants dans un établissement déjà à saturation ? Près de deux
mois après la reprise des cours, on peut affirmer que l’opération s’est finalement bien
déroulée. Nous n’avons pas plus d’élèves en seconde à cette rentrée, leur nombre a même
légèrement diminué par rapport à l’année dernière, passant de 355 à 351.  

 

Notre section russe ayant connu des soubresauts en 2012-2013 et 2013-2014, j’ai jugé
nécessaire de prendre la main et décidé de confier sa direction au proviseur adjoint pour la
durée de l’année scolaire 2014-2015. Cette mesure a eu pour effet d’apaiser sensiblement
les tensions. En parallèle, nous avons demandé la création d’un poste à profil spécifique
enseignement de littérature russe / direction. 

 

Nos collègues de la section japonaise ont également vécu une année assez particulière en
raison des difficultés rencontrées pour remplacer l’ancienne directrice partie à la retraite en
juin 2014. Heureusement, grâce à la mobilisation des parents d’élèves et de l’équipe
enseignante, des solutions internes ont pu être trouvées permettant d’assurer la continuité
pédagogique dans de bonnes conditions. Je tiens à remercier chaleureusement tous les
acteurs concernés pour leur engagement et leur grande disponibilité.

 

Du côté de la section néerlandaise, la situation n’a hélas pas évolué dans le sens que nous espérions, les
autorités des Pays-Bas ayant confirmé leur décision de suppression du financement public. A
cette rentrée, la section est donc devenue privée pour les classes primaires. En septembre
prochain, ce sera au tour de celles du collège et du lycée. Là aussi, il faut rendre hommage
aux personnels et aux parents, qui se sont beaucoup investis afin de mettre au point une
nouvelle organisation destinée à se substituer progressivement à la précédente.

 

Au mois d’avril dernier, c’est notre section norvégienne qui, contre toute attente, s’est à son
tour trouvée menacée. Faisant suite à un audit réalisé à l’automne 2014, le ministère
norvégien de l’éducation a annoncé brutalement qu’il cessait tout subventionnement. Pour
une section qui n’accueille qu’une cinquantaine d’élèves et dont la capacité
d’autofinancement est par conséquent très limitée, la perte subite de 85 % de ses ressources
est un coup particulièrement dur, qui pourrait même s’avérer fatal si les choses devaient
rester en l’état. Un sursis a finalement été accordé jusqu’à la fin de l’année 2015, mais la
mobilisation de toute la communauté scolaire se poursuit, car c’est désormais une question
de survie. Ce nouvel épisode montre à quel point l’absence d’un accord formalisé entre la
France et le pays partenaire fragilise considérablement la section concernée.